Avec l’arrivée d’Internet, la communication écrite a pris un sacré coup de jeune. Sur la toile, le français se désagrège un peu plus chaque jour. S’avarie. Se meurt. Et plonge les amoureux de la langue de Voltaire dans de profondes dépressions.

Il y a quelques jours, j’étais occupée à flâner sur Internet. Mon attention se portait ci et là. Je surfais sans objectif précis, me laissant guider par mes envies du moment. Alors que j’apprenais qu’en Nouvelle-Zélande, un distributeur automatique de marijuana venait d’être saisi par la police, mon attention fut attirée par un commentaire au bas de l’article.

 Lol tro bi1 sette idé 2 distributeurs 2 marijuana ils devrai1t être légalisé partt XD

Frissons.

J’ai vérifié l’URL du site que je visitais. Non, je ne naviguais pas sur un forum de Doctissimo. Pourtant, jusqu’en bas de la page, les commentaires étaient tous écrits dans un français imbuvable.

Poussant un long soupir de désarroi, j’ai pensé que l’Académie française avait franchement perdu de sa superbe. Je me suis mise à imaginer Chateaubriand, Jean d’Ormesson et Richelieu en pleine manifestation dans les rues de Paris, brandissant avec vigueur de grandes pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « À BAS LES FAUTES D’ORTHOGRAPHE, NOUS SOMMES POUR LE RETOUR IMMÉDIAT D’UN FRANÇAIS PLUS CORRECT! » Cette idée m’a fait sourire. Eux et moi, on se comprenait.

Sortant de ma rêverie, mon propre comportement m’a ensuite inquiétée : j’avais compris – sans difficulté aucune et avec une rapidité aussi déconcertante qu’effrayante –  chacun des termes contenus dans ce message nauséeux.

Le diagnostic était clair et incontestable : je suis bilingue français – kikoolol.

Langage kikoolol : étrange argot utilisé par des individus mineurs (notez bien que passé 18 ans, l’utilisation dudit langage commence à relever du pathologique) laissant la plupart des adultes dans la perplexité la plus totale et mélangeant l’écriture texto, les smileys et autres figures de style et pirouettes littéraires.

Lol G tro rigolé à 7 swaré mdr ptdr XD

Superbe.

Même si je trouve le langage kikoolol abominable, il va falloir que je m’y fasse. L’écriture texto est désormais omniprésente sur le Web, exaspérant les plus âgés, disséminant un peu partout son lot de LOL, MDR, PTDR et autres ROFL, prônant des principes fondateurs à mille lieues des règles du Bon usage tels que : la coolitude, la flemme, la fausse négligence.

Moi, je ne m’y fais pas. Lorsque sur les réseaux sociaux ou dans un forum, je lis un commentaire rédigé en langage kikoolol, je ne peux m’empêcher de penser que j’ai affaire à une personne au QI aussi déficient que celui d’une poule pondeuse élevée en batterie et je me trouve dans l’incapacité totale de lui accorder un minimum de crédibilité.

Je n’essaierai  jamais ni les bananes, ni les abricots secs.

Pourtant – et à l’heure à laquelle j’écris cette phrase, j’ai encore un peu de mal à l’admettre – j’ai tort. D’après les experts, le langage texto ne serait pas un indicateur de signe de manque d’intelligence. Au contraire. Derrière l’image navrante que renvoie le kikoolol se cacherait, en réalité, un indubitable petit champion de l’orthographe. Hé oui, rien que ça. Le kikoolol BLUFFE. Les règles d’orthographe et de grammaire, IL LES CONNAIT. Et c’est justement parce qu’il possède le code qu’il décide, en toute conscience, de s’en éloigner. Son objectif est simple : il kikoolole à tout va pour être sawag.

Le coquin.

Il enlève des lettres parce que c’est cool, utilise des logogrammes, onomatopées ou autres acronymes, parce que c’est cool, remplace les C par des K, les OI par des WA et les S par des Z, parce que c’est cool. Les vieux y perdent leur latin, et lui il jubile, ravi que ses objectifs de construction et de démarcation identitaire soient atteints.

Lol salu sa va ptdr

Pas trop, non.

Mais en y réfléchissant bien, un come-back dans le passé serait-il vraiment réjouissant? Depuis l’arrivée d’Internet, le français a pris un fameux coup de jeune et toute une série de jolis nouveaux mots a vu le jour. L’internaute ne regarde plus dans le dictionnaire, il « wikipédie. » Il ne se fend plus la poire, il « lole. » Il ne télécharge plus du contenu, il « upload. » Il twitte, like, tague, podcast et se laisse avoir par des fakes. Les rejetés de la société ne sont plus des « Rémy-sans- ami », ce sont des « nerds ».

Fini le temps où les textes se consommaient à l’ancienne. Terminées les lettres d’antan dans lesquelles chacun s’appliquait consciencieusement – et de sa plus belle plume, s’il vous plaît – à ne commettre aucune faute d’orthographe. Révolue l’époque où chaque individu relisait son texte trois fois avant de l’enfermer, d’une main fébrile, dans une enveloppe timbrée. Lorsqu’une erreur se glissait dans le texte, pas de touche Delete pour supprimer la maladresse.

Deux solutions se présentaient :

  1. Le Tipp-Ex. Mais c’était vilain. En plus, quand il était mal étalé ou un peu trop vieux, il formait de petits monticules de pâte qui se mettaient rapidement à craqueler. C’était énervant.
  2. Chiffonner la lettre, la balancer à la poubelle et tout recommencer depuis le début. Ça foutait les nerfs. Surtout lorsque la faute survenait dans la formule de politesse finale.

Toutes ces petites contrariétés n’existent plus aujourd’hui. Les fautes d’orthographe, ON-S-EN-FOUT. Sur les messageries instantanées, les discussions vont vite. La cadence est infernale. J’écris-ENTER-j’écris- ENTER-j’écris-ENTER. Plus le temps de réfléchir. Plus le temps de relire ses phrases. D’ailleurs, ce serait ridicule. Imaginez-vous, en pleine conversation sur Skype, devoir accorder un verbe au subjonctif-plus-que parfait…

Attends deux minutes, je vais chercher mon Bescherelle et je reviens !

Et puis, la dégradation du français sur Internet ne doit pas être rejetée uniquement à la figure du kikoolol. Bien au contraire. Les jeunes cools ne constituent qu’une infime-minuscule-toute-petite partie de l’échantillon des mauvais lexicologues, grammairiens et autres terminologues du web. Les incompétences orthographiques n’ont pas d’âge.

Il y a les fautes de conjugaison:

Pfff… Si j’aurais su, j’aurais pas été!

Les fautes d’accord:

Il fais beau ce matins, je suis contente!

Les fautes lexicales:

« être ou ne pas être, telle est la question » Chekspire

Les fautes de frappe:

qulequ aurait un vélo à prêter ce ewe end?

Et le mix (qui combine toutes les fautes à la fois), smiley distordu en prime (les internautes plus âgés adorent ça):

G été faire mes course et j’ai vue ma ocpine Sabine au m&gasin. Elle m’a dis que ça mère s’étais fait opérée de l’inpadicite -;) 

Le français se meurt, je vous dis.

Si vous voulez mon avis, d’ici très peu de temps, les mamys de 85 ans ne comprendront plus grand chose aux dictées de Pivot.

« C’est alors que le nolife, virgule,
dans un élan d’irritation, virgule,
a insulté le newbie et lui a suggéré de quitter le forum ASAP,
ce à quoi le noob s’est empressé de répondre, ouvrez les guillemets,
WTF tu es vraiment un troll, fermez les guillemets, point. »

Ça promet.


Toi aussi tu détestes les mdr, lol et autres fautes de conjugaison? Et cet article t’a plu? Alors partage-le autour de toi et rejoins-moi sur Facebook et Twitter. Ensemble, combattons ces vilaines fautes d’orthographe qui envahissent le net!
La jolie illustration est de Clara Cuadrado. Merci à elle!

D’autres articles à lire sur ce blog: