Pour certains, l’été est synonyme de soleil, de vacances lointaines, de pays chauds, de cocotiers. Pour d’autres, l’été, c’est avant tout la saison des festivals de musique: rock, électro, musiques du monde, variété française. En été, les aficionados de bons sons sont toujours au paradis. Surtout en Belgique, terre très fertile en matière de festivals : Couleurs Café, Rock Werchter, Les Ardentes, Dour ou le Pukkelpop, pour n’en citer que quelques-uns. Mais attention. Ne partez pas à l’aveuglette. Participer à un festival, ça se travaille. Pire, ça se prépare.

Vous avez justement décidé de tenter l’expérience cet été et vous êtes un peu tracassé par les modalités pratiques: look, matériel à emporter, attitude à adopter…? PAS DE PANIQUE! Voici quelques conseils qui vous aideront à adopter une attitude 100% hype dans les festivals.


Comment s’habiller en festival?

Principe de base numéro un: le look. C’est hyper important. Tout bon festivalier adopte obligatoirement une dégaine 100% Woodstock. Forcément, le bon festivalier fait croire à tout le monde que ses fringues, il s’en fout totalement. D’ailleurs, il a (soi-disant) été les retrouver dans les profondeurs de sa vieille garde-robe ruinée. C’est probablement vrai. Mais ne vous laissez quand même pas avoir aussi bêtement : le look des festivaliers est travaillé des pieds à la tête. Comme partout, il y a des codes à suivre. Pour être hype, c’est facile : le bon festivalier montre qu’il ne veut justement pas l’être. Le but : porter une tenue décontractée tout en restant dans l’air du temps. Un short, un t-shirt (souvent aux imprimés douteux), un pull à capuchon, des sandales ou de vieilles baskets et une coiffure « saut du lit » (qui a, en fait, été travaillée durant des heures entières devant le miroir).

Un short, un t-shirt

Le bon festivalier opte toujours pour une casquette ou un chapeau (souvent distribués gratuitement par l’un ou l’autre sponsor, ne vous encombrez donc pas inutilement) et ne quitte jamais ses lunettes de soleil. Cette année, optez  plutôt pour des lunettes du genre « Wayfarer » de Ray-Ban, hyper pratiques pour se protéger du soleil, mais aussi pour masquer les ravages de la veille. Car le bon festivalier boit, mais pas trop, pour quand même pouvoir profiter un minimum de la star ultra balèze qui se produit sur la scène principale en fin de soirée.

Des Lunettes de soleil « Wayfarer »

Et puis, surtout, le bon festivalier porte des bottes en caoutchouc aux couleurs flashies et aux motifs imprimés (souvent très, très moches) qu’il n’oserait d’ailleurs jamais porter en dehors de ce festival.

Bottes contre la pluie aux imprimés franchement limites

Ça, c’est pour le côté traditionnel. Parce que souvent, en festival de musique, le festivalier ne veut pas passer inaperçu. Il se promène alors avec une vache sur le dos (si, si!), un masque de Batman découpé dans un carton à bière ou une perruque rose pailletée. Plus c’est grotesque, mieux c’est. Le bon festivalier aime l’absurde. Et de toute façon, il pense toujours que c’est l’autre qui est ridicule.

Vache gonflable à emporter partout avec soi

Les festivaliers mangent de la junk food

Une autre attitude élémentaire à adopter de toute urgence : le bon festivalier n’a pas peur du gras. Il mange de la junk food à longueur de journée et boit de la bière. Parfois un peu trop et c’est dommage (surtout quand c’est Iron Maiden qui est sur scène).

Passer son festival de musique au camping

Le bon festivalier vit l’expérience communautaire jusqu’au bout. Il loge durant l’entièreté du festival dans le camping le plus proche. Il supporte l’odeur de la bière séchée par le soleil et les douces émanations provenant des Cathy en plastique. Évidemment, dans le camping, il y a du bruit toute la nuit et à la fin du séjour, le bon festivalier a des cernes jusque par terre. Mais il ne se plaint pas. Car le bruit est justement le fruit de son œuvre: le bon festivalier met de l’ambiance à toute heure du jour et de la nuit.

(NB: pour les festivaliers un peu moins jusqu’au-boutistes: pensez aux boules Quiès, hyper commodes pour tenir les 4 ou5 jours de festival sans finir sur les rotules.)

Adopter une attitude éco-responsable durant le festival

Contrairement à ses très mauvais collègues festivaliers qui tentent de faire ressembler leur emplacement de camping à un vrai champ de bataille (c’est généralement hyper réussi!), le bon festivalier a une attitude éco-responsable: il recycle. Pendant les concerts un peu pourris, il ramasse les gobelets en plastique que ses compatriotes ont jeté par terre. En ramenant les vidanges au stand « recycling », il peut ainsi boire à l’œil durant toute la durée du festival (en essayant quand même de ne pas finir comme le déchet  vu plus haut devant Iron Maiden).

NB: le bon festivalier ne choisit pas la voie de la facilité et NE VOLE PAS (confession personnelle: c’est pourtant très tentant!) les piles de gobelets que ses collègues festivaliers ont entassées dans un coin pour aller les échanger contre des tickets boisson à la fin du concert.

Le bon festivalier recycle

 

Enfin, le bon festivalier n’oublie jamais d’emporter avec lui un sac poubelle. Il lui permet de s’asseoir par terre en toutes circonstances, ce qui est évidemment très important.

Mais attention, soyez vigilants! En s’asseyant n’importe où, le bon festivalier  un peu distrait laisse souvent  entrevoir, aux yeux de tous, un adorable « sourire de l’ouvrier ».

Soyez donc sur vos gardes lorsque vous vous asseyez par terre. Une blogueuse un peu attentive pourrait bien vous prendre en photo et la publier ensuite sur son site pour partager avec ses lecteurs votre joli sourire !

Vous voilà prévenus.

Cet article t’a plu? N’hésite pas à le partager autour de toi et à rejoindre ma page Facebook!

Illustration: © http://drawmadaire.blogspot.com/2009_02_01_archive.html