La moitié des utilisateurs de Facebook ne donnent aucune information sur leur situation amoureuse. Il faut dire que le réseau social est une véritable source d’emmerdes et de disputes pour les amoureux : réapparition d’un(e) ex, ajout d’ami(e)s bien trop canons pour que ce ne soit permis, commentaires douteux… Comment se positionner par rapport à ce nouvel obstacle qui entrave parfois (souvent ?) le bonheur de certains couples ? Faut-il rejeter Facebook ? Créer des profils à deux ? Fliquer la page de sa douce moitié pour éviter un quelconque dérapage ? Décodage.

Pourriez-vous aujourd’hui vous passer de Facebook ? Cette idée rend mal à l’aise, pas vrai ? Car Facebook, c’est hyper pratique et tout bénef pour une multitude de petites choses anodines : retrouver de vieux copains d’enfance, discuter via la messagerie instantanée, envoyer des mails groupés, créer un événement secret pour inviter des amis à un anniversaire surprise,… Grâce à Facebook, en quelques clics, on connait la tête des enfants de ses connaissances lointaines, on se tient au courant des dernières sorties du copain de maternelle, et on constate avec tristesse que ceux qui faisaient battre nos petits cœurs d’adolescent(e)s sont aujourd’hui aussi moches que ce qu’on n’aurait jamais pu imaginer. Se passer de tout cela, ce serait impossible. Vivre sans Facebook, c’est pour bon nombre d’entre nous quasi inimaginable. Les rares résistants – oui, il y en a encore, aussi tenaces qu’un certain peuple d’indestructibles Gaulois – sont regardés d’un drôle d’air. Mon Dieu, qu’ils sont has been ! Et ils ne savent pas ce qu’ils ratent !

Ensemble depuis cinq minutes et déjà officialisés sur Facebook

Avec Facebook, on se présente, on se met en valeur. On rejoint des groupes que l’on aime, on décrit le boulot qu’on occupe et l’école dans laquelle on a été diplômé. Certains présentent aussi leur famille : frères et sœurs, père et mère sont rangés dans une petite colonne, sur la gauche du profil. Chouette ! Après tout, Facebook, c’est sympa et ludique. En ce qui concerne les hobbies ou la vie professionnelle, la plupart d’entre nous n’ont pas grand chose à cacher… Alors autant se lâcher et faire partager son bonheur et ses passions à tout le monde !

« Mon cœur n’est plus à prendre »

Mais qu’en est-il de l’amour ? Sur Facebook, seulement la moitié des utilisateurs indiquent leur statut amoureux. Pourquoi tant de discrétion ? Ce n’est pas si difficile à comprendre… Car se mettre « in Relationship » sur Facebook, est – passez-moi l’expression – un  véritable nid à emmerdes ! Mark Zuckerberg – le créateur du réseau social – aurait franchement pu nous éviter cette terrible option : celle de devoir annoncer à ce qu’il nous semble être quasi l’entièreté du monde entier que notre cœur n’est désormais plus à prendre. Qu’en est-il des débuts tâtonnant, ceux où l’on n’est pas encore tout à fait sûr de soi ? Comment expliquer au nouveau chéri(e) que se mettre « en couple » risquerait de blesser l’ex que l’on vient tout juste de quitter. Comment lui faire comprendre que l’on a encore assez de respect pour lui/elle pour lui épargner la vue de ce nouveau fait qui va, à coup sûr, lui déchirer le cœur ? À partir de quand, faut-il se mettre en couple ? Juliette et Antoine ont quinze ans. Ils sont ensemble depuis à peine cinq minutes. Et les voilà déjà officiellement ensemble. Je vous assure, ça arrive ! Ils s’aiment et tout le monde est déjà au courant. C’est mignon. Mais ils s’aimeront combien de temps… ? Alors qu’il y a quelques années, les relations étaient officialisées lors de la première (très solennelle) réunion de famille, aujourd’hui, les présentations se font sur la toile. Et la jeunesse n’y voit aucun problème… Elle n’a jamais connu que ça. Et si demain Juliette n’est plus avec Antoine ce n’est pas grave, elle indiquera désormais à ses amis qu’elle est en couple avec Maxime.

Entre toi et moi, « c’est compliqué »

Car aujourd’hui, pour beaucoup, l’officialisation d’une relation passe automatiquement par le réseau social. C’est presqu’inévitable. Mais tout être humain a-t-il vraiment envie d’exposer sa vie sentimentale aux yeux de tous ? Que se passe-t-il si l’un fait pression sur l’autre pour officialiser la relation ? Le statut amoureux Facebook sert aujourd’hui de sonde : il permet de vérifier l’engagement amoureux. « Si tu m’aimes, fais-le donc savoir au monde entier ! » Derrière cette phrase, on pourrait presque rajouter, en presqu’inaudible : « Si tu ne le fais pas, je saurai que tu ne m’aimes pas assez »… Et si la relation est chaotique ? Pas de panique. Facebook a tout prévu : les statuts se déclinent selon les situations. Lorsque le couple est bringuebalant, une option peut être choisie : le terrible « c’est compliqué ». Un statut plutôt exhibitionniste, qui vient expliquer à la communauté entière que pour nous, en amour, c’est franchement la galère. Sympa… Les veufs, les séparés et les divorcés ne sont pas laissés de côté, puisque des statuts leur sont spécialement dédiés. Mais existe-t-il vraiment des personnes qui affichent fièrement le statut « divorcé » sur leur mur ? Puisque l’option existe, c’est qu’elle est utilisée… Bizarre.

Discuter pour éviter les tensions

Quoiqu’il en soit, il est aujourd’hui important de discuter avec son conjoint de la manière dont on envisage sa vie de couple sur le net. Que va-t-on garder pour soi ? Qu’est-ce qui ne concerne que le couple ? Qu’est-on d’accord de partager avec ses amis ? Autant de questions qu’il convient de se poser pour éviter les tensions.

Avec Facebook, les séparations sont doubles

Et comment cela se passe-t-il lorsque le couple se sépare ? À partir de quel moment faut-il enlever le statut et repasser à la case « célibataire » ? Et puis, lequel des partenaires de l’ancien couple doit prendre l’initiative de le faire ? Celui qui quitte, peut-être ? Nouveau coup de poignard pour la personne qu’il laisse. Celui qui reste ? Un moyen, peut-être, de garder un minimum de dignité. Avec Facebook, les séparations sont doubles et la peine est montrée aux yeux de tous. Ceci dit, les ruptures sont sans doute plus efficaces lorsqu’elles sont annoncées sur Facebook. Il est plus difficile de se remettre avec son conjoint, car les copains risquent alors de demander des explications. Pour plus de facilité, certains décident donc de laisser la case vide. Pour nier le malaise, éviter de laisser un blanc et fuir le retour au statut « célibataire », les plus jeunes « se marient » avec leur meilleur(e) ami(e).

Paranoïa, jalousie… Facebook ne fait pas toujours ressortir le meilleur de soi

Outre le statut amoureux, d’autres facteurs sèment des querelles dans les ménages. Comment gérer la réapparition d’un(e) ex ? L’un voit les choses d’une manière, et l’autre les ressent tout à fait différemment… Alors les disputes éclatent. Dans certains couples, chaque ajout d’un nouveau contact est source de disputes. On se met à fliquer l’autre, on imagine des rivaux là où il n’y en a peut-être pas. La fille sur la photo est franchement trop jolie. Le gars est un rien trop beau gosse… Et hop, on tire des conclusions erronées, la paranoïa s’installe et une véritable escalade de jalousie s’ensuit. Alors qu’au départ, dans le couple, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, Facebook introduit souvent de la suspicion. Alors certains – parfois malgré eux – entrent dans le piège de l’espionnage. Pour éviter les crises (ou peut-être aussi parce qu’ils savent que ça pourrait être dangereux ?) certains refusent des demandes d’ajout en se disant : « mon ex qui ressurgit soudainement de nulle part… Je vais peut-être éviter. » D’autres encore créent des profils de couple : « Bernard et Mélanie Dupont-Dubois ». Chacun son truc.

Le Facestalking : la traque de profils sur Facebook

Faut-il vraiment craindre Facebook quand on est en couple ? Le réseau social est-il vraiment le plus grand site de rencontre du Net et y a-t-il vraiment des gens qui s’en servent pour faire de nouvelles connaissances? Apparemment oui. Certains s’en servent vraiment pour draguer. Comment ? En traquant les photos de profil et en essayant d’entrer en contact avec les gens qu’ils trouvent à leur goût. Cette technique de drague se répand de plus en plus sur la toile. Les Américains ont même trouvé un nom pour la décrire. Pour parler de ce phénomène de traque sur Facebook veuillez désormais utiliser le terme  « facestalking ».

Facebook, un miroir du couple

Craindre le réseau social n’est probablement pas la bonne solution. Facebook est ce que l’on en fait, rien de plus, rien de moins. Dans un couple, il n’est que le miroir de la relation. Si la relation se porte bien, Facebook ne créera pas de disputes supplémentaires. Bien sûr, quand la confiance et l’entente sont déjà entrain de s’effriter, Facebook peut alors être un élément de complication. Mais il ne faut pas oublier que si votre conjoint veut vous tromper, il/elle n’attendra pas Facebook pour le faire. Et ce n’est pas en fliquant son profil que vous obtiendrez des informations : la tromperie, en général, ça se pratique en cachette. Alors on se déstresse, et on profite des avantages que le réseau social peut apporter. Parce que Facebook, après tout, c’est quand même plutôt chouette.

Cet article t’a plu? N’hésite pas à le partager autour de toi et à rejoindre ma page Facebook

Illustration : http://medianaranja.fr/