En quelques décennies, les arts de la table ont connu une véritable révolution. Aujourd’hui, quand on mange, on se lâche ! Les grands repas traditionnels et un peu guindés ont fait place à la convivialité, à la spontanéité et à la gaieté. De nouvelles manières de manger ont vu le jour et un nouveau type de vaisselle a fait son apparition. Le décryptage de ce nouveau mode de vie culinaire, c’est par ici !


Révolution dans les arts de la table : alors que durant les siècles passés, les conventions étaient strictes et extrêmement réglementées, les codes du savoir-vivre ont aujourd’hui littéralement explosé. Les grands tralalas ne sont plus de rigueur. Aujourd’hui, quand on mange, on n’y va plus par quatre chemins et un désir se fait nettement ressentir : l’envie de prendre contact avec les aliments de manière plus directe. Alors maintenant, on mange avec les doigts. On fait des buffets. On brunche. On pique-nique. On goûte. On mange assis par terre autour de la table du salon. On organise des repas où « chacun apporte ce qu’il veut ». Ces rencontres donnent lieu à des tables aussi hétéroclites qu’amusantes. Bref, en quelques décennies, le rapport à la nourriture a énormément évolué, une nouvelle forme de convivialité s’est développée et les arts de la table s’y sont évidemment adaptés.

La finger food : une approche primitive de la dégustation

Il faut dire que depuis le 19ème siècle, les plaisirs de la table ont toujours été extrêmement codifiés, surtout dans la noblesse. À cette époque, rien n’était laissé au hasard. Les verres à eau, à vin, à porto, les assiettes plates et creuses, les cuillères pour le thé ou le café remplissaient chacun leur fonction. Au cours du repas, les convives devaient porter leur serviette tantôt sur les genoux, tantôt autour du col. Depuis le début des années deux mille, tout ce savoir-vivre s’essouffle. Une nouvelle tendance – plutôt sympathique et importée des pays anglo-saxons – a vu le jour : la « finger food ». Un terme hyper tendance pour désigner une manière de manger aussi chic que décontractée. Présentés sur des assiettes dépareillées, canapés, feuilletés divers et mignardises sont mangés… avec les doigts ! Force est de constater que ce concept – repris par de nombreux restaurants – cartonne. C’est le cas du KoKoB, ce restaurant éthiopien situé en plein centre de Bruxelles. Mais attention ! Qui dit « manger avec les doigts » ne dit pas « cuisine simple »… Des recettes raffinées mangées sans couverts. Voilà le concept ! Car le plaisir de manger avec les doigts procure des délices sensuels et une approche à la fois nouvelle et primitive de la dégustation. Les tapas sont présentés sur des planches en bois. Les sushis sont disposés sur des plats rectangulaires en céramique émaillée ou en bambou et accompagnés de mini-ramequins à sauce.

Une vaisselle colorée pour des repas dans la bonne humeur

Car si le savoir-vivre est désormais désuet, l’art de décorer la table est, quant à lui, toujours très présent. Il suffit de voir la multitude d’ouvrages sur le sujet qui envahissent les rayons des librairies pour en être persuadé. Pour suivre cette nouvelle tendance de la convivialité, un nouveau type de vaisselle a vu le jour : planchettes, petits et grands plats de présentation, ramequins, mini-cocottes… Ces ustensiles sont de toutes les tailles, et de toutes les couleurs !

Le format mini pour épater tous les convives

On récapitule, donc. Aujourd’hui, quand on reçoit, quelques règles d’or sont à respecter : faire travailler son imagination et se permettre toutes les folies pour en mettre plein la vue à ses invités. On soigne la présentation, on opte pour les buffets, on déstructure la nourriture. On détourne ses recettes fétiches en petites mignardises. La traditionnelle quiche poireaux-lardons que vous réussissez toujours si bien est tout à coup dégustée en format miniature, et tout le monde est ravi ! Car aujourd’hui, pour un résultat assuré et immédiat, il suffit de voir les choses en petit : le format mini fonctionne à tous les coups. Un plat consistant servi en petite quantité se transforme en amuse-bouches et les tartes de Mémé sont métamorphosées en tartelettes (les « chocolat-framboise » ont toujours un succès fou). Piquées sur des cure-dents ou des brochettes, roulées, cuites, crues, sucrées, salées, les recettes de finger food sont infinies et ouvriront, à coup sûr, les papilles et les sens de vos invités. Alors, à vos tabliers !

Pour tester la finger food, une idée de sortie à Bruxelles:

Le KoKoB http://www.kokob.be/

Cet article t’a plu? N’hésite pas à le partager autour de toi et à rejoindre ma page Facebook

Illustration : http://cabine36.over-blog.com/article-comment-dresser-une-table-55611304.html