Il y a quelques années, les geeks étaient complètement ringards : affreuses lunettes à grosses montures, pantalons ridicules, rejets, moqueries. Etre geek et avoir une copine relevait de l’impossible. Premiers de classe, les petits génies de l’informatique n’avaient pas la cote. Mais depuis lors, les nouvelles technologies se sont imposées. Et avec elles, la tendance s’est inversée. Aujourd’hui, être geek, c’est hype! 

Il était une fois, il y a quelques années, un garçon à la peau blanche, boutonneux et fan des nouvelles technologies. Il portait des pantalons trop courts en hiver, des sandales allemandes en été et passait sa vie devant son ordinateur. Myope comme une taupe, il se cachait derrière des lunettes triple foyer et vivait dans sa chambre, coupé du monde et exclu de la société, portant un amour inconsidéré pour toutes sortes de choses immatérielles tels que : les ordinateurs, les jeux vidéos, les films de sciences fiction et les systèmes d’exploitation libre. Très doué dans de nombreux domaines extrêmement bizarres, mais très mauvais dans les relations humaines, cet étrange personnage, ce mec sans ami aussi ringard que coincé se voyait affublé, au lycée, d’un surnom bien caractéristique : « le geek ».

Que veut dire geek en français?

Trouvant son origine dans l’Allemand ancien, le terme « geck » désignait, au Moyen-âge, le « fou du village », l’ « original ». Dans la langue anglaise, le mot « geek » est apparu sur les campus américains dans les années ’70, au même moment que l’invention d’Arpanet, le premier « réseau de transfert de paquets », qui est devenu par la suite la base du transfert de données sur Internet.

Le geek, cette fashion victim

À l’époque, être geek n’était pas une vie de tout repos : moquerie, rejet, solitude. Le pauvre garçon vivait dans son monde virtuel, en marge de la société, se demandant comment il allait bien pouvoir faire pour devenir sociable. Mais depuis lors, c’est TER-MI-NÉ ! Les nouvelles technologies se sont développées et aujourd’hui c’est simple : le geek est une véritable star. Du statut d’animal de foire incapable d’aborder une fille,  le geek est aujourd’hui passé à la position – ô combien plus noble – de modèle, voire même d’emblème. En 2011, être geek, c’est chic ! Ceux qui étaient considérés hier comme des fous isolés de la société sont aujourd’hui totalement dans le coup : le look intello a débarqué dans les grandes capitales de la mode. Lunettes rectangulaires, verres XXL et monture vintage sont à la pointe de l’attitude à adopter en société ! Hé oui, aujourd’hui – n’en déplaise aux conservateurs – le geek n’a plus rien à envier aux fashion victims (il en est d’ailleurs une lui-même) et envahit les médias : Bill Gates (fondateur de Microsoft), Marc Zuckerberg (Co-fondateur de Facebook), Moby (artiste de musique électronique) ou Quentin Tarantino (réalisateur et producteur de films) sont autant de personnalités qui prouvent aujourd’hui la suprématie incontestable de la geek attitude.

Les geekettes: des filles sexy et intelligentes

À l’origine, le pur geek était un mâle. Mais les hommes ne sont désormais plus les seuls à aimer les nouvelles technologies. La communauté se féminise et les « geekettes » – de jeunes femmes aussi sexy qu’intelligentes – sont de plus en plus nombreuses : Justine Ezarik (web-designeuse freelance), Jade Raymond (programmeuse de jeux vidéos) ou Amber MacArthur (célèbre journaliste et animatrice de télévision) en sont des exemples parfaits. Les geekettes se retrouvent au sein de « Girls Geek Parties », des soirées interdites aux hommes. Elles y découvrent les dernières nouveautés technologiques du moment.

Devenir geek ne s’improvise pas

La mode geek étant furieusement tendance, nombreux sont ceux qui se font aujourd’hui passer pour des petits génies de l’ordinateur en adoptant la posture du geek et en utilisant ses codes. Ils n’en représentent, en fait qu’un ersatz… Il ne suffit pas de passer quelques heures par jour devant son ordinateur et d’acheter les derniers gadgets geek à la mode pour se revendiquer geek ! Le geek bidouille, démonte et améliore les performances de son appareil. Il aime les systèmes d’exploitation libres et privilégie Linux à Windows. Il emploie un jargon incompréhensible – le langage geek – pour ceux qui ne s’y connaissent pas en informatique. Contrairement à de nombreuses idées reçues, le geek n’est pas un « nolife ». Il a des amis – geeks aussi – qu’il retrouve sur des forums et avec lesquels il organise des « lan-parties » : une petite troupe de geeks se rassemble et joue à des jeux vidéo avec des ordinateurs reliés par ce qu’on appelle « un réseau local ».

Les geeks ont leur propre langage

Ses films cultes ? Star Wars et le Seigneur des anneaux. Son jeu vidéo favori ? World of Warcraft. Le geek a son propre langage, ses rituels, ses journaux et ses références cultes. Il a de réelles capacités créatrices et porte souvent un  t-shirt geek au logo étrange, porteur d’un message que seuls les initiés peuvent comprendre. Contrairement aux amateurs de mode qui leur empruntent leurs grosses lunettes noires, les passionnés de nouvelles technologies ne sont pas attachés aux valeurs de la « coolitude ». Les geeks ne supportent pas la conformité. Les dernières modes vestimentaires ne les intéressent pas plus que les soirées mondaines. Les petits génies de l’informatique sont des révolutionnaires en puissance. Et ceci n’est certainement pas à la portée du premier venu.

Cet article t’a plu? Alors partage-le autour de toi et rejoins-moi sur Facebook et Twitter. Ensemble, disons au monde entier que OUI, ETRE GEEK, c’est chic! :)

D’autres articles sur le même thème: